L'origine de la charte Maredret, village artisanal (fichier ACROBAT de 873 Ko) est à situer dans le cadre du Programme Communal de Développement Rural (PCDR) mis en place à partir de 2001 par la commune d'Anhée avec l'aide et le soutien de la Région wallonne [Plan de Développement Rural (PDR)].

Lors de la présentation du projet Maredret, village de l'artisanat et afin d'éviter des dérives (vente de pseudos objets artisanaux par de simples revendeurs par exemple ou transformation du village pour en faire un nouveau Redu), la Commission Locale de Développement Rural (CLDR) de la commune d'Anhée a demandé la création d'une charte de qualité.

Fiche de candidature (fichier ACROBAT de 204 Ko) de la commune d'Anhée et de l'association MAREDRET ANIMATIONS asbl pour le projet Maredret, village de l'artisanat.

Cette demande a été reprise dans le projet présenté au conseil communal en date du 11/07/2002.


Plan Communal de Développement Rural (PCDR)
Maredret, village de l'artisanat
Fiche de candidature : décision

Dans le cadre du Programme de Développement Rural (PDR), l'Administration Communale d'Anhée, l'asbl Maredret Animations et la population locale proposent de développer ensemble un projet cohérent affirmant et revalorisant l'identité artisanale du village de Maredret, dans un objectif de développement durable. Les axes de ce projet sont les suivants :

  1. revitaliser le village dans le respect de son identité pour en faire un centre d'art et d'artisanat d'excellence, d'innovation et de formation ;
  2. encourager la dynamique villageoise en associant la population locale à la démarche et au développement de cette activité thématique et en l'encourageant à promouvoir le village au travers de ses différents aspects ;
  3. relancer/déployer l'activité économique du village autour d'activités artisanales et touristiques diversifiées génératrices de nouvelles sources de revenus ;
  4. valoriser le patrimoine et aménager un cadre de vie de qualités ; favoriser une politique d'accueil et d'animations.

Le projet - La commune, en partenariat avec l'asbl Maredret Animations et la population locale, se fixe comme objectifs :

Extrait (point 11) du compte rendu de la séance publique du conseil communal d'Anhée du 11/07/2002 à 20 h 00.


16 réunions ont été nécessaires pour parvenir à rédiger cette charte.

En voici l'inventaire :

Selon le souhait de ses rédacteurs, cette charte ne se veut pas être un document d'obligation mais bien plutôt un document de proposition.

En essayant de vivre, jour après jour et saison après saison, les valeurs de cette charte, on espère donner envie à d'autres d'en vivre également.

Les autres événements liés à la diffusion de la charte :

Reste à réaliser une traduction en anglais.


Commission Locale de Développement Rural (CLDR)
de la commune d'Anhée
Réunion du 23/05/2006 à 19 h 30 à la Maison des Jeunes (Anhée)
Extrait du compte rendu

1. Présentation de la charte Maredret, village artisanal

Suite à sa première présentation à la CLDR en septembre dernier et aux remarques émises, un groupe de travail s'est constitué. Ce groupe se compose d'habitants de Maredret, d'artisans et de membres de la CLDR.

Dix réunions ont permis de définir des objectifs et d'aboutir au document final présenté en séance. Ce document reprend le contenu de la charte en français et en wallon !

La prochaine étape consistera à faire connaître cette charte. Une traduction est envisagée à destination des visiteurs étrangers.

Il s'agit d'une "charte de proposition" et non pas d'une "charte de commandement". Un règlement d'ordre intérieur plus précis pourrait compléter la charte lors de grandes manifestations.

Les moyens ? Les auteurs de la charte ont souhaité qu'elle soit intemporelle et donc qu'elle ne mentionne pas de moyens précis. L'esprit de la charte devrait continuer à exister même en l'absence de moyens subsidiés. La Maison de l'Artisanat et le savoir-faire des artisans locaux sont actuellement les moyens essentiels.

Le projet PDR (aménagement de la Maison de l'Artisanat et engagement des animateurs) se termine fin 2006. Un nouveau projet pourrait être subsidié pour la période 2007-2012. Ce nouveau projet devra respecter l'esprit de la charte.


Pascal Lemaire,
secrétaire de la CLDR


Composition du groupe de travail
de rédaction finale de la charte
Maredret, village artisanal


Charte

Maredret, village artisanal
 

1. Vision

D'où venons-nous ?

Maredret, village dont le nom vient de Merendrech qui signifie "Passage du marais" (gué), s'est développé au fil des siècles dans un fond encaissé de la vallée de la Molignée, affluent de la Meuse. 

Proche du creuset artistique des abbayes bénédictines de Maredret (Atelier d'enluminure fondé en 1893) et de Maredsous (Ecole des Métiers d'art fondée en 1903), le village a accueilli, dès les années 1960, des artisans devenus renommés : Antonio Lampecco (potier-céramiste), Félix Roulin (sculpteur sur métal) et Bernard Tirtiaux (maître verrier, homme de théâtre, romancier et sculpteur).

En rénovant l'ancienne usine de pâtes de fruits, de cidre et de confitures La Pommeraie et en y installant la galerie d'art A la Fontaine (1961) et le Musée du Bois et de la Vie rurale (1967), Jacqueline et Jean Vereycken ont contribué à ce que l'artisanat devienne une authentique tradition à Maredret, connue et appréciée aussi bien des habitants que des visiteurs du village. 

Les artisans domiciliés et vivant à Maredret ont à coeur de maîtriser, de partager ou de faire découvrir leur savoir-faire.


Où allons-nous ?

Forts de leur patrimoine bâti et naturel et de leur histoire, ancienne et récente, les habitants de Maredret souhaitent encourager les artisans installés depuis longtemps ou depuis peu dans le village mais aussi accueillir, de manière permanente ou temporaire, de nouveaux artisans partageant les mêmes valeurs et la même passion. 

Maredret s'est engagé avec détermination, espoir et confiance dans le 21ème siècle en réaffirmant l'importance de l'artisanat dans la vie du village.

En adoptant une démarche résolument moderne de développement durable, les habitants de Maredret entendent intégrer harmonieusement économie, vie sociale et respect de l'environnement. Ces trois éléments sont étroitement liés et ne peuvent être dissociés sous peine de faire disparaître ce qui fait l’attrait et l'intérêt de ce village rural wallon unique.

Si les habitants de Maredret sont fiers et heureux d'accueillir des visiteurs, ils attendent que ceux-ci respectent leur village, sa beauté, son patrimoine et sa qualité de vie.
 

2. Objectifs 

Nous avons à coeur de :

- par un calendrier des manifestations culturelles et artisanales

- par des moyens d’information appropriés
(témoignages, documents, articles, séquences radio et TV, internet,...)

- par ses habitants et ses artisans

pour susciter l’envie de le découvrir.

- par son patrimoine bâti et naturel

- par son histoire

- par la rencontre avec ses habitants et ses artisans

pour inciter à l’apprécier.

- par son environnement rural

- par l’accueil de ses habitants

- par le savoir-faire de ses artisans

pour participer à sa vie.

- par la créativité de ses habitants et de ses artisans

- par un accompagnement à la pratique artisanale

- par le tissage de liens avec les acteurs locaux et régionaux

pour contribuer à son rayonnement.
 

3. Valeurs 

Aimer vivre à Maredret, jour après jour et lors d’activités culturelles et artisanales, nous engage aussi à partager ces valeurs :

Vivre ensemble, c’est :

Accueillir, c’est :

Respecter, c’est :

Savoir faire, c’est :

Organiser, c’est :


Po vikè èchone

Marèdrèt, on viladje
d'omes di mèstî

 

1. Portraît

D'èwou ç' qui nos v'nans ?

Marèdrèt, on viladje qui s’ nom vint di Merendrech ; ça vout dîre "passadje di frèchaud" (wé). Il a crèchu à faît, dins on fond do l’ valéye do l’ Molignéye (one rivêre qui s’ va foute è Moûse).

Nin lon èri d’ tos cès cwins là, faîts po l’s-ârtisses : l’abîye dès bènèdictines di Marèdrèt (Atèlier po fè dès lètrines di coleûr, mètu su pîds è 1893) ; l’abîye dès bènèdictins d’ Marèdsous (Scole di Mèstîs d’ârt, mètûwe su pîds è 1903). Dispû aviè 1960, li viladje a r’cî dès-ârtisans conus d’ laudje èt d’ long : Antonio Lampecco (maîsse-potî), Félix Roulin (sculteû su mètaus) èt Bernard Tirtiaux (maîsse-vèrî, ome di tèyâte, scrîjeû èt sculteû).

C’èst surtout grâce à Jacqueline èt Djan Vereycken-Adam qu’on-z-a c’minci à fè d’ Marèdrèt, on viladje qui rachone lès-ârtisans ; one saqwè qu’ tot l’ monde coneut bin asteûre. C’èst zèls qu’ont faît r’fè l’ancyin.ne ûsine di pâte di frûts, cide èt jèléyes (Li Pomerèye). C’èst vêlà qu’il ont mètu leû galerîye d’ârt A la fontaine (1961) èt leû muséye do bwès èt d’ nosse vicadje di tos lès djoûs [musée du Bois et de la Vie rurale (1967)].

Lès-ârtisans qui travayenut à Marèdrèt, èt co quétefîye î d’mèrè, vol’nut à tote fwace fè one saqwè d’ bia, po vos l’ fè paurtadji èt vos l’ mostrè.


Èwou ç’ qui n’s-alans ?

Dispûs todi, lès djins d’ Marèdrèt ont seû aurdè l’ fameûs patrimwin.ne qu’on l’zî aveut d’nè. C’èst po ça qu’i sowaîtenut ècoradji lès-ârtisans qu’ont v’nu d’mèrè dins leû viladje. C’èst po ça èto qu’i r’cîyenut todi tos lès novias-ârtisans qu’ont lès min.mès-idéyes.

Tot mostrant l’impôrtance dès mèstîs d’ârtisans dins l’ vikérîye d’on viladje, tot Marèdrèt s’a bien promètu qui l’ 21è siéke causerè co d’ li.

Prinde one vôye què lès va minrnè pus lon ! Lès djins d’ Marèdrèt vol’nut rachonè dins l’ min.me pani : lès mèstîs qui fèyenut vikè, li plaîji d’ fè ça èchone, dins on payisadje qu’on ’nn’a sogne. Trwès-idéyes qu’on n’ saureut r’ssatchi one di l’ôte sins machurè l’ bèle imaudje d’on viladje come i gn-a pont.

Binaujes èt fiérs, lès djins d’ Marèdrèt, do p’lu r’cîre tos lès cis qu’acourenut veûy leû bia payis. Mins seûlemint à one condicion : qu’on rèspèctéye leû viladje qu’èst si bia, qu’èst si ritche èt qu’on-z-î èst si bin.
 

2. Noste idéye

Nos vôrins télemint bin :

- pa on calendriyer di tot ç’ qui s’ passe dins nosse viladje

- pa tot ç’ qu’anonce lès novèles, o djoû d’odjoûrdu : causadjes, gazètes, radio,   tèlèvisions, intèrnèt,...-

- pa tos lès djins d’ Marèdrèt èt tos sès-ârtisans

po qu’on-z-eûche l’idéye di v’nu veûy tot ça.

- pa sès bias batimints èt l’ nature qui n’s-avans tot-autoû

- pa s’t-îstwêre

- pa sès djins èt sès-ârtisans qu’on rèscontère

po fè conèche nosse viladje.

- pa sès reuwes bin prôpes

- pa sès djins amich’tauves

- pa sès-ârtisans

po yèsse vraîmint dins l’ vîye di nosse viladje.

- pa totes lès novèlès-idéyes qui nos pôrins awè

- pa ç’ qui nos-apwaterans à tot ç’ qu’èst d’dja faît

- pa tos lès loyins qui n’s-aurans avou lès cis qui boutenut

po fè vikè nosse viladje, todi one miète pus fwârt.
 

3. Valeûrs

Si plaîre à Marèdrèt dins l’ vicadje di tos lès djoûs come à l’ocâsion d’ cès fièsses là qu’on faît po l’ culture oubin po lès mèstîs d’ârt, ça nos-ègadje à paurtadji tot ça avou l’s-ôtes :

Vikè èchone, c’èst :

Ricîre, c’èst :

Rèspèctè, c’èst :

Sawè, c’èst :

Ôrganisè, c’èst :


Reste maintenant à vivre et à faire vivre mais aussi à faire connaître cette charte, unique en son genre et susceptible de servir de modèle pour d'autres villages de la commune d'Anhée ou d'ailleurs.